Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Comment bien choisir son trek ?

Comment bien choisir son trek ?

Comment bien choisir son trek ? écrit par Christian LEROY :  Le Mag' de Tirawa

Guide pratique rédigé par Christian LEROY

Comment bien choisir son trek ?

Partir en trek demande un peu d’anticipation et de préparation pour fouler les sentiers en toute sérénité. Que vous soyez un trekkeur expérimenté ou débutant, les possibilités de treks au Népal sont infinies… Pour vous accompagner dans votre choix, retrouvez ici nos précieux conseils et critères à considérer.

1. Respecter une acclimatation progressive
Au-dessus d’une certaine altitude, généralement au-dessus de 3 000 mètres, le corps a besoin de temps pour s’acclimater au manque d’oxygène. Il y a risque de Mal Aigu des Montagnes (MAM) d’où l’importance de respecter des paliers entre deux nuits, généralement 300 à 500m. Si cela n’est pas possible, il est conseillé de passer deux nuits à la même altitude.  A 5 000 mètres, l’effort est pour le coup difficile pour tout le monde et respecter ces paliers s’avère essentiel, voire vital. 

 

Pour un premier trek, il est préférable de choisir un circuit avec peu de nuits au-delà de 4 000 mètres pour jauger son corps et ses capacités. Notre organisme se fatigue plus vite et récupère moins bien en haute altitude. Ainsi, une bonne hydratation permet une meilleure récupération et acclimatation. Buvez du thé sans modération et veillez à ce que vos urines restent claires ! 

 

Pour les novices peu habitués à aller en altitude, vous pouvez aussi passer un « test à l’hypoxie » lors d’une consultation spécialisée. Vous testerez ainsi votre susceptibilité à présenter un Mal Aigu des Montagnes ou un œdème pulmonaire de haute altitude.


En résumé, les bonnes questions à vous poser :

  • Combien de nuits je passe au-dessus de 4000m ?
  • Quelle est l’altitude la plus élevée du trek envisagé ?
  • Combien de jours le trek reste au-dessus de 4000m ?
  • Ais-je une condition physique adaptée au trek envisagé ?

 

 

2. Mesurer la durée du trek, ses étapes et le dénivelé
Un trek n’est ni un marathon ni une compétition sportive. Il est nécessaire d’avoir une progression dans l’effort et de ne pas commencer par des étapes trop longues et avec trop de dénivelé positif surtout en altitude. Arriver tôt à l’étape permet de bien récupérer. Pour réussir son trek, il est inutile d’aller vite, bien au contraire, vous êtes en vacances et tout le monde vient pour profiter des paysages, visiter les villages, prendre des photos… 

 

Même si les journées sont bien dosées, la répétition de l’effort est à prendre en compte. Pour un premier trek, il vaut mieux privilégier un trek avec une durée raisonnable adaptée à votre condition physique. Partez du principe que comme la majorité des trekkeurs, vous retournerez au Népal. 

 

En résumé, les bonnes pratiques à adopter :

  • Privilégier un trek adapté à votre niveau physique
  • Eviter des étapes trop longues avec trop de dénivelés
  • Être matinal pour mieux récupérer

 

 

3. Considérer le type d’hébergement
Il est évident qu’un trek en lodge permet de mieux récupérer avec en général la possibilité de prendre une douche et de se balader dans le village. La salle commune du lodge est, contrairement aux chambres, chauffée. Sous tente, on est plus à l’étroit, il fait plus froid la nuit et la tente mess n’est pas chauffée, mais on est entre nous. 

lodge versus campement

4. Ne pas négliger le froid
Plus vous montez, plus la température baisse, on perd environ 6,5° par 1000m. Donc passer un col à 5 500 mètres en partant vers 3h ou 4h du matin signifie des températures avoisinant les -20°. Un bon équipement est obligatoire. Si un col est enneigé, des bonnes chaussures de montagnes sont indispensables, ainsi qu’une bonne doudoune. Dans tous les cas, au-dessus de 4000m, les matinées sont fraiches.

 

5. Bien préparer son itinéraire
En plus de tout ce qui a été écrit précédemment, vous devez vous poser la question suivante : Que se passe-t-il si le col à plus de 5000m est bloqué par la neige ? Que ce soit au tour des  Annapurnas ou au tour du Manaslu, vous aurez réalisé la grande majorité des plus belles étapes.

Par contre sur les Hauts cols de l’Everest, que se passe-t-l si le Renjo pass est bloqué ? Il faudra attendre (2, 3 jours ou plus?) ou retourner à Namche, aurez-vous suffisamment de temps pour aller au Kala patar le belvédère de l’Everest ? En commençant par le Kongma La (col pouvant être évité), vous montez les cols avec le lever du soleil et si les nuages arrivent tôt, vous aurez bénéficié de belles vues avant de passer les cols et vous aurez eu moins froid. Le passage du Renjo en premier est intéressant uniquement si vous voulez gravir l’Island peak car vous arriverez bien acclimaté.

 

Dans son itinéraire, vous devez aussi vous posez la question de ce que vous souhaitez privilégier : la découverte de villages ? La diversité des paysages ? Des paysages d’exceptions ? Un mixte de l’ensemble ?


Exemple : Un trek comme "Sentiers du Népal" se déroule en basse altitude. Vous découvrirez donc des cultures, des ethnies, des villages et des paysages différents qu’un trek dans la région de l’Everest qui débute à Lukla situé à 2850m et uniquement en pays Sherpa dans un décor de très haute montagne. 

Autre exemple au Mustang, ce sont des villages tibétains et un décor plus minéral et coloré que dans les autres régions.

 

6.  Evoluer en groupe
La cohésion est importante au sein du groupe, manger et marcher 2 ou 3 semaines avec les mêmes personnes demande un esprit d’équipe. Si tout le monde vient chercher la même chose, avec une condition physique identique, alors l’ambiance est excellente. Se surestimer revient à prendre le risque de ne pas profiter pleinement de ses vacances.

 

7.  Partir en sécurité
Les conditions d’organisation du trek sont à prendre en compte. Chez Tirawa, en altitude nos groupes disposent d’un caisson hyperbare, d’un oxymètre de pouls et nos guides sont formés au mal aigu des montagnes. Il y a des sherpas pour aider le groupe, surtout en cas de difficulté. Vous bénéficiez automatiquement, pour la durée de votre voyage, de l’adhésion au Service Médical SOS MAM mis en place par notre partenaire l’Ifremmont.  

 

Partir bien accompagné est une condition indispensable pour la réussite d’un trek en altitude. Pour les treks en région isolée (Dolpo, Kangchenjunga, Hauts cols de l’Everest…), nous disposons d’un téléphone satellite pour une sécurité supplémentaire.


Tirawa vous accompagne
En complément, nos récits de voyages peuvent vous aider dans votre choix. Mais l’essentiel reste le contact et nos équipes sont là pour vous conseiller sur le type de trek. Nous connaissons bien le terrain, alors n’hésitez pas à nous téléphoner


Toute notre équipe est à votre écoute pour vous assurer la meilleure préparation de votre voyage !

Haut de page