Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Retour du Spiti et Kinnaur

Retour du Spiti et Kinnaur

Regard de voyageur rédigé par Marianne C.

Retour du Spiti et Kinnaur

Inde, Asie pacifique

Marianne nous fait part de son voyage en Inde : Grand Tour du Spiti et Kinnaur à la découverte des vallées reculées et pittoresques d’un ancien royaume himalayen.

Je suis rentrée totalement enchantée du fabuleux voyage au Spiti : vallées profondes, parsemées de villages, parcourues de rivières turquoise, encadrées de vertigineuses parois rocheuses striées d’ocre jaunâtre et même de cheminées de fées, hauts sommets d’une blancheur éclatante sous le soleil dans un ciel indigo !  Et quelle chance de respirer un air si pur!

 


Accompagnés de Snafu et Shiv, deux guides chevronnés qui nous ont fait découvrir avec talent l’architecture et la décoration locale, l’histoire des monastères bouddhistes et des temples hindouistes en pierre ou en bois et conduits par des chauffeurs virtuoses sur les routes de montagnes, nous avons pu jouir pleinement de tout ce qui nous était offert et côtoyer la vie quotidienne des habitants aux visages basanés et souriants, striés d’un fin réseau de rides encadrant des yeux en amandes.

Crédit photo Marianne Cavin

C’est par le train du petit matin que nous sommes partis de Dehli pour Chandigarh : après une course très rapide, nos valises à la main, nous nous sommes installés sur les sièges en bois d’anciens wagons aux fenêtres jaunâtres, poussiéreuses, pour revivre l’épopée de ce train emmenant les Britanniques en altitude pour la saison d’été à travers les campagnes fertiles : arrêts réguliers dans des gares un peu tristes aux voyageurs fatigués et immobiles. Seules, quelques vaches efflanquées paissaient tranquillement au milieu des voies...

 

A Chandigarh, ville très soignées aux jardins verdoyants et fleuris, pénétrer dans le monde exubérant de Nek Chand peuplé de personnages souriants en ciment enjolivé de tessons de vaisselle nous a enchantés. Mais, hélas, pas le temps de découvrir ce qui reste des bâtiments de Le Corbusier....

 

Répartis dans 2 bus très confortables, nous avons suivi longuement les multiples lacets du col poussiéreux en rénovation conduisant à Shimla, pour y retrouver, comme à Darjeeling, les chics bâtiments en bois découpé de couleurs pastels construits pour les vacanciers anglais avides de fraîcheur et une accueillante cathédrale néo-gothique à proximité d’une vaste place au sommet de la ville dominant les plaines et les contreforts de l’Himalaya. Atmosphère de charme avivée par les couleurs intenses des saris et des turbans....

Crédit photo Marianne CavinIl a fallu ensuite franchir les plus hautes montagnes avant de gagner la plaine de Manali, de passer dans une végétation semi tropicale jusqu’à l’émouvante cité tibétaine de Dharamsala, grouillante de voyageurs venus du monde entier, se couler peu à peu dans la grande plaine fertile du Pendjab, pour aboutir à la fabuleuse Amritsar et observer la foule et les impressionnantes parades militaires indienne et pakistanaise !

 

En apothéose : le temple d’or d’Amritsar scintillant sur les eaux de son lac, le soir venant, et les rencontres photographiques de Sikhs très élégants à la générosité proverbiale, cuisinant des repas gracieusement offerts à tous....

Crédit photo Snafu

Je suis infiniment reconnaissante d’avoir pu encore une fois promener mon regard contemplatif sur les merveilles de cette partie du monde et d’en avoir rencontré les accueillants habitants.

 

Merci à vous tous,

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -