Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Tashi, guide au pays du Dragon Tonnerre

Tashi, guide au pays du Dragon Tonnerre

Destination de cœur pour Tirawa, le Bhoutan intrigue et fascine par sa culture et ses traditions mystérieuses, son architecture unique, son peuple attachant. Parmi eux, Tashi un de nos guides locaux qui est devenu bien plus qu’un simple partenaire. Pour mieux le connaître, Tashi s’est gentiment prêté au jeu des questions-réponses dans un français impeccable.

Peux-tu te présenter en quelques phrases ?
Kuzuzangpola* ! Je m’appelle Tashi, je suis originaire du Bhoutan et je guide, depuis plus de 18 ans, des groupes aux quatre coins du pays, y compris dans les montagnes pour de fabuleux treks. 

 

Pourquoi le métier de guide ? Comment conçois-tu ton métier ?
Au commencement, il y avait une forte demande pour les guides et les équipes de trekking. Le tourisme était à cette époque en plein essor. Rencontrer des voyageurs étrangers m’a incité à débuter ce métier et depuis je ne le quitte plus. 

 

Être guide est devenu une passion, celle d’échanger avec les voyageurs, de leur faire découvrir des endroits hors du commun, de leur faire visiter les montagnes et les villages perdus et de participer aux différents festivals partout dans le pays. D’après nos parents, assister à de nombreux festivals est une façon d’accumuler les mérites donc plus on en fait plus on a de mérites.

 

Depuis combien de temps travailles-tu avec Tirawa ? Pourquoi avec Tirawa ?
Je connais Tirawa depuis un certain moment, qui m’a d’ailleurs donné l’occasion d’apprendre le français, en finançant mes cours et en m'accueillant en France. Une vraie chance pour moi et les voyageurs. Ils peuvent ainsi s’immerger encore plus dans la culture bhoutanaise et comprendre ses spécificités en étant accompagnés par un guide originaire du Bhoutan parlant français. Au-delà de cet accompagnement, Tirawa comme agence francophone est réputée et même numéro un pour le Bhoutan grâce notamment à Robert Dompnier, vrai spécialiste de mon pays. Tirawa a cette particularité de proposer des itinéraires authentiques avec beaucoup de charmes et des petits « trucs en plus » qui rendent le voyage mémorable. 


Pourquoi choisir le Bhoutan comme destination de voyages ?
Le Bhoutan est un encore une destination méconnue, la culture est vivante, les habitants sont très accueillants et la nature est sauvage. Les festivals dans les dzongs (forteresses) avec la population, avec les Bhoutanais eux-mêmes, permettent de découvrir des danses mystiques que le voyageur ne peut voir nulle part ailleurs.

 

Qu'est ce qui fait la particularité du Bhoutan ?
Sans hésitation, la culture et la tradition qui font partie de la vie quotidienne. Et les forêts primaires entourées par les montagnes enneigées sont incontournables.

 

Comment sélectionnes-tu les endroits incontournables ou inattendus ? 
Chaque circuit est unique, on essaie toujours de mettre une petite touche personnelle comme un arrêt sur la route pour se rendre dans un village et chez une famille pour un échange en dégustant un thé au beurre ou un verre de l’alcool local ou en assistant à une petite cérémonie familiale. Et si c’est dans un dzong, on essaie de faire visiter quelques temples qui sont plus secrets, moins connus.

 

Quelle est la situation actuelle avec la Covid ? Les perspectives d'ouverture ?
Nous sommes au chômage depuis plus d’un an mais grâce à notre roi, nous avons une petite aide financière et de temps en temps, nous travaillons sur les chantiers pour améliorer l’accueil des futurs voyageurs en espérant que cette situation s’améliore assez rapidement.

 

Pour l’instant (à mars 2021), nous n’avons eu aucun cas de Covid au Bhoutan donc les déplacements ne sont pas limités. A priori, la vaccination pour toute la population va commencer à partir de 27 mars 2021, avec l’objectif de vacciner tout le monde avant l’été. Les bonnes nouvelles de réouverture se feront très probablement à la suite de cette vaccination. 

 

* Bonjour en dzongkha, la langue du Bhoutan
 

Haut de page

La vidéo de ce carnet

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -