Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Voyage écourté, retour anticipé... regards de nos voyageurs

Voyage écourté, retour anticipé... regards de nos voyageurs

Voyage écourté, retour anticipé... regards de nos voyageurs

Suite au Covid-19, comment les voyageurs ont-ils eux-mêmes vécu leurs retours sous turbulences ? Retrouvez ici les témoignages de Claire, puis Karine, de retour du Costa Rica et de Dominique et Martial, de retour de Nouvelle-Zélande.

Nous partageons avec vous deux témoignages que nous avons reçus : celui d’abord de Claire, puis Karine, voyageuses au Costa Rica, dont le témoignage donne quelques frissons, puis de Dominique et Martial, dont le voyage écourté en Nouvelle-Zélande leur ont permis une traversée de Londres à Paris dans un Eurostar vide, comme privatisé !

 

Un grand merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont envoyé tant de messages de remerciements, qui nous ont fait chaud au cœur. Le plus grand soulagement pour nous a été de rapatrier tous nos voyageurs, en toute sécurité et de les savoir à bon port.

 

Qu'il est doux d'être bien accompagné et bien entouré quand tout s'écroule autour de vous, par Claire.

 

Départ pour le Costa Rica le 7 mars après avoir eu jusqu'au bout l'angoisse d'une éventuelle annulation, le Covid19 arrivant à grands pas.

 

Quinze jours de rêve dans une magnifique bulle emplie de soleil, de fleurs, d'océan, d'animaux, d'un formidable groupe et d'une merveilleuse guide Daniela  : Le Paradis.

 

Avec, souvent le soir, tels de furieux geeks sur nos téléphones et tablettes, de petits rappels à la réalité de l'autre monde, lequel ne semblait pas en pleine forme.

 

Mais tout nous paraissait si loin...... Jusqu'à l'avant dernier jour où d'un coup la bulle explose :

  • plus de parc aux quetzals qui vient de fermer,
  • plus de grande tablée dans les restaurants pour cause de distanciation,
  • plus d'avion Madrid-Paris,
  • plus de masques,
  • plus de sortie à San José.

 

Mais toujours cette indéfectible bonne humeur entre nous.

Toujours le sourire et la disponibilité de notre guide, de notre chauffeur, des hôteliers, des restaurateurs, qui pourtant savaient qu'après nous :  fin du tourisme et du travail pour une période indéfinie mais longue, le tout, sans les couvertures sociales et assurances que nous connaissons......

 

Bonne humeur aussi possible avec le soutien actif de Tirawa qui à distance, nous a ramenés à "bon aéroport" et a fait,  de ce qui semblait un parcours du combattant pour d'autres touristes autour de nous, un sentier bien aménagé pour nous....

 

Le plus traumatisant dans ce retour, sachant bien entendu que nos proches allaient bien, a été l'adieu distancié à Daniela dont les embrassades étaient pourtant un must !

 

Les quasi 12 heures à attendre dans les aéroports du Costa Rica et de Madrid, les 10 heures en confinement dans l'avion bondé pour regagner l'Europe se sont admirablement bien déroulées, dans le calme, la sérénité, le sentiment que tout allait bien se passer, avec pourtant autour de nous une ambiance et un spectacle de plus en plus étranges (masques, gants y compris mapa, combinaisons intégrales, tous les commerces fermés, des couloirs déserts....).

 

Reste au final, l'impression d'avoir vécu ce voyage de retour en spectateur.

L'atterrissage psychologique ayant vraiment démarré au sortir de l'aéroport d'Orly, après avoir quitté tout le groupe et s'être retrouvée seule dans un taxi sur un périphérique parisien vide et dans un Paris déserté.

 

Qu'il est donc doux d'être bien accompagné et bien entouré quand tout s'écroule autour de vous, Donc, encore un Grand Merci !

Et une immense pensée aussi à toutes les équipes locales qui nous entourent dans tous les pays du monde où nous partons en vacances et dont les conditions de vie en ces jours sont dramatiquement plus difficiles que pour nous français.

 


Retour sur 5 jours au Costa Rica par Karine

 

17 mars 2020
La nouvelle tombe : la France vient de rentrer en confinement et je suis, nous sommes, dans la jungle du Costa Rica,  au bord du Pacifique vert, dans une carte postale, au milieu des singes, des aras, des toucans, des coatis, des raies manta qui volent sur l’océan, sous un soleil magnifique, au bout du monde à quelques 9000km de la maison. Je reçois un mail : mon directeur m’informe que je serai au chômage partiel à mon retour... Mais le retour... le vol de retour Madrid-Paris vient d’être annulé.


Je trouve du réconfort auprès de mes formidables compagnons de voyage Anna, Sylvie, Claire, Monique, Catherine, Florence, Catherine, Daniela, Luc, Patrick, Francis et Louis. Comme d’un commun accord, nous décidons de profiter de ce moment présent, nous trinquons à la vie, à la pura vida,  à la liberté dans ce bout du monde, conscients que le monde, notre monde vient de basculer.  Le coucher de soleil est juste magnifique comme une ode au voyage. Je m’endors avec des milliers de questions en tête et je veux penser que Tirawa veille.

 

18 mars 2020
La jungle se vide, les bateaux se remplissent comme un exode qui se prépare. Je ressens les autochtones inquiets, tristes,  leur monde va changer aussi : le parc du Corcovado ferme. Le Costa Rica ferme ses frontières.


Dans nos esprits, de multiples interrogations sur le déroulement de notre retour dont seule Tirawa détient les clefs. Daniela nous annonce l’appel, tant espéré, de Muriel pour le soir, nous écoutons attentivement son exposé de la situation, ses instructions. Nous connaissons maintenant la solution Europa pour le vol Madrid Paris et la problématique à San José avec Iberia qui peut nous refuser l’embarquement : il faudra s’enregistrer coûte que coûte jusqu'à Madrid et passer !
Nous finissons la journée à fêter l'anniversaire de Catherine au milieu des colibris, carpe diem !

 

19 mars 2020
Pas de quetzal, le parc a fermé,  petite déception mais nous sommes heureux d’avoir pu profiter des 90% de notre circuit. Notre Daniela poursuit en grande professionnelle dans sa bonne humeur et sa gaité qui la caractérisent, malgré son inquiétude pour son univers qui va changer, pour elle aussi. Nous faisons une halte dans une pharmacie pour acheter des masques, du gel hydroalcoolique : pas de masque, nous voyagerons sans.

 

Nous arrivons à San José et retrouvons notre petit hôtel Colonial, familial, prêt â tout faire pour nous aider, imprimer, réimprimer les boarding pass du vol San José Madrid envoyés par Tirawa à Daniela, les documents de laisser passer pour rentrer chez nous et tout ça, avec le sourire, adorable, malgré la situation d’un pays qui lui aussi cherche à se protéger de ce virus.


Le vol Madrid-Paris vient d’ouvrir, nous voulons être surs d’être tous enregistrés sur ce 2eme vol. Nous passons une bonne partie de la soirée à sortir nos boarding pass, nous avons tout et finissons la soirée rassurés, notre dernière soirée au Costa Rica... Notre dernier restaurant pour longtemps... Comment aurions-nous pu imaginer ?!?

 


20 mars 2020 - JOUR J
Nous déjeunons, nous plaisantons comme toujours.
Nous possédons, tous, tous nos documents.  Nous sommes prêts, droits dans nos chaussures avec Tirawa comme bâton de pèlerin. A cet instant précis, je pense à la chance que j’ai d’avoir choisi une bonne agence de voyages, d’avoir pour guide Daniela qui pourra nous aider quoiqu’ il arrive, un chauffeur Eric sérieux, prudent et d’avoir trouvé des compagnons de voyage forts, solides, joyeux, rassurants, solidaires et bienveillants . Je puise ma force dans tout ce cocktail pour passer cette journée que j’appréhende . J’écris : « ici la situation est un peu tendue. L’objectif est de se faire enregistrer par Iberia, de rentrer en Europe, traverser l’océan. Théoriquement nous passons avant la fermeture de Schengen, si Madrid nous laisse passer, je devrais rentrer. On va gérer un problème après un autre ».

 

12h : nous partons.  Daniela a organisé un quizz pour nous changer les idées dans le bus.  Pas sure des 100% de réussite, nous nous quittons à distance... curieux au revoir. Maudit Covid19.
Nous sommes en avance. Nous faisons la queue pour s’enregistrer. Nous rencontrons des touristes qui viennent d’arriver,  qui repartent, qui parlent de leur galère pour récupérer un billet de retour.  Curieuse sensation d’être au milieu de ces gens, certains sont masqués.

Notre tour arrive : Iberia nous enregistre, Nous PASSONS, nous passons TOUS, ouf. Nous passons les contrôles . Un mail part : "nous sommes passés".  Nous sortons nos derniers biscuits apéro.


Nous sommes passés : nous serons dans l’avion de retour San Jose Madrid IB6314

 

21 mars 2020
Arrivée à Madrid... aéroport vide, l'impression d’une 4eme dimension. Nous sortons, nous récupérons les bagages.


Madrid. La tension est palpable, l'atmosphère pesante, le virus rode. Il faut changer de terminal prendre un bus. Le chauffeur masqué, affolé devant le nombre de passagers fait descendre Claire. Pour la première fois, nous sommes séparés. Nous arrivons. Nous l’attendons. Elle arrive. Nous entrons dans ce terminal, pratiquement vide. Nous enregistrons nos bagages au milieu de quelques fantômes qui cherchent à rentrer chez eux, comme nous.

 

Un message arrive : Nos toulousains sont eux aussi arrivés à Madrid via Bogota. Anna les retrouve. Pas le même terminal que nous, mais nous sommes heureux de les retrouver à distance. Petit moment de bonheur.


16h20 : l’avion vide décolle pour PARIS


Arrivée à Orly... Aéroport vide. Nous nous séparons, je monte dans un taxi : le chauffeur porte des gants et un masque. Je réalise que le monde que j’ai quitté n’est plus le même. Je suis rentrée...  Nous sommes tous rentrés. Mais où ?  


Je fais un mail à Julien de Tirawa. j’écris  : merci de nous avoir ramenés 

 

 

Retour de Nouvelle-Zélande, par Dominique et Martial
Notre découverte de la Nouvelle-Zélande qui se déroulait merveilleusement dût malheureusement être écourtée en raison de l'épidémie de Covid19 qui obligea Tirawa à organiser un rapatriement d'urgence. Nous tenons à remercier Muriel qui nous a si efficacement, et sans relâche, accompagnés pendant ce retour mémorable : après plus de 30 heures de vols (nos oreilles s'en sont souvenu pendant 10 jours après notre retour !), une nuit d'hôtel à l'aéroport de Londres réservée par Tirawa et un retour de Londres en Eurostar, places et billets toujours réservés par Tirawa, nous sommes arrivés à notre domicile plus de 50 heures après notre départ de Christchurch !  Grâce à l'efficacité et la gentillesse de Muriel pendant ce périple nous étions certes fatigués mais sereins. Nous souhaitons aussi remercier Corentin, notre guide en Nouvelle-Zélande, qui nous a apporté bien plus que sa connaissance du pays. De la bonne humeur en toute circonstances, de la gentillesse, de la disponibilité et bien sûr une efficacité sans faille. Nous lui devons aussi beaucoup. Nous avons découvert l'équipe de Tirawa à l'occasion de ce voyage et avons pu apprécier une équipe formidable !!!

Haut de page