Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Ma traversée du Tibet

Ma traversée du Tibet

Regard de voyageur rédigé par Nathalie

Ma traversée du Tibet

Tibet, Asie pacifique

Lisez le témoignage de Nathalie, revenue après 22 jours d'un voyage au Tibet mythique ! Une grande traversée authentique depuis la Grande Muraille de Chine, jusqu’aux confins du plateau tibétain.

Tout commence 15 jours avant le départ, avec l'annonce de la fermeture du Tibet aux étrangers quelques jours avant la fin prévue de notre programme (à cause de la tenue du 19ème congrès du PCC). Au pied levé, Tirawa nous concocte un nouveau programme totalement inversé en l'espace de 48h, ce qui nous assure l'intégralité du contenu initialement prévu... une belle performance !

Nous sommes parties à 4, sans nous connaitre au préalable, et ce petit groupe a été un formidable atout dans la réussite du voyage. Quatre personnes c'est une cabine couchettes dans le train, c'est une voiture ou un taxi partagé, c'est tellement peu qu'il nous est arrivé plusieurs fois de nous dire : 3 personnes, il manque quelqu'un... ah non, j'avais oublié de me compter ;-) !

 

Ce voyage au Tibet était un retour aux sources pour moi, c'était mon premier voyage en Asie en 2002 et j'ai longtemps hésité à y retourner. Le Tibet n'est pas une destination ordinaire, cet ancien royaume est mythique dans l'imaginaire collectif, donc forcément le décalage avec la réalité fait mal...

Et si vous me posez la question, je répondrai maintenant : oui, il faut aller au Tibet, et il ne faut pas tarder car le processus de mutation est déjà très avancé. Vous pouvez y aller pour admirer les beaux paysages, mais vous pouvez surtout y aller pour témoigner ensuite de ce que vous avez vu ou ressenti.

 

Quelques points forts que je retiendrai :

  • notre excellent guide tibétain Nyima, d'une gentillesse inégalée, et malgré un niveau de français approximatif, il a su nous transmettre l'essentiel du message tibétain

  • la montée très progressive en altitude qui permet une bonne acclimatation

  • le contraste entre les villes chinoises très animées (nous tombons pendant une semaine de congés nationale) et le calme du Tibet Central : en dehors de Lhassa, nous ne croisons quasiment aucun touriste occidental

  • le mois d'octobre est réputé pour ses ciels dégagés, et la météo a tenu ses promesses en nous laissant admirer les géants enneigés
     

Quelques photos de mes coups de coeur :

 

  • Les pandas de Chengdu : c'est juste un bonus dans le voyage, mais il faut bien avouer qu'ils sont trop mignonspandas de Chengdu
  • Le Potala, figure emblématique, domine la ville
    Le Potala
  • Le Jokhang : c'est toute la ferveur du peuple tibétain que l'on retrouve ici : toutes les origines et tous les âges sont représentés.Jokhang Les habitants de Lhassa et les pèlerins effectuent leurs koras d'un bon pas et on se surprend rapidement à les suivre au même rythme.
    Jokhang Jokhang
  • Les petits monastères : en dehors des circuits classiques, les petits monastères sont plein de charme (pas plus authentiques ne soyons pas naïfs, mais dans des zones peu urbanisées, ils sont moins clinquants et certainement moins surveillés)
    petits monastèrespetits monastères
  • Les cérémonies dans les temples
     Les cérémonies dans les temples
     Les cérémonies dans les temples Les cérémonies dans les temples

Un peu comme le Potala, on l'attend, on l'espère et quand au détour d'un virage, Sa Majesté l'Everest apparait dans toute sa splendeur, l'émotion est intense (ça vaut bien d'affronter les -10°C la nuit à 4900m). Le voici sous toutes ses coutures...

l'Everestl'Everestl'Everestl'EverestLes magnifiques paysages, et le voyage en train de Lhassa à Xining (22h) qui nous permet d'admirer une succession de vallées, lacs et sommets enneigés.
de Lhassa à Xiningde Lhassa à Xiningde Lhassa à Xiningde Lhassa à XiningOn dit jamais 2 sans 3, alors il se pourrait que le Mont Kailash m'appelle un jour...

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -