Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Trésors d'Ethiopie

Trésors d'Ethiopie

Trésors d'Ethiopie écrit par Julien ERSTER :  Le Mag' de Tirawa

Carnet de voyage rédigé par Julien ERSTER

Trek dans les montagnes du Simien

- Trésors d'Ethiopie -

Éthiopie, Afrique

Voilà maintenant une dizaine de jours que je suis en Ethiopie. Après ma grande virée dans le Sud, les splendides montagnes du Simien me titillent ! C'est sans aucun doute l'un des plus spectaculaires massifs montagneux d'Afrique, classé au Patrimoine Mondial par l'UNESCO. Souvent comparées au Grand Canyon américain, ces montagnes volcaniques de basaltes et de gneiss, constituent un relief extrêmement escarpé, fruit d'une intense érosion. Ayant déjà réalisé l'an dernier un premier trek de repérage jusqu'au Ras Dashen (4543 m), 4ème sommet d'Afrique, je me joins cette année à un petit groupe de trekkeurs Tirawa fraîchement arrivée d'Aix- en-Provence pour un autre itinéraire tout aussi prometteur... Pour ces 6 prochains jours, Sylvie, Jacqueline et Alain seront mes compagnons de voyage sans oublier notre équipe éthiopienne pléthorique : 2 guides francophones Anteneh et Amanuel, une jeune guide locale Maf (injustement surnommée Mafalda !), notre cuisto Kadir, le ranger armé Fanté, sans oublier nos 6 muletiers ! Babouin gelada, au coeur rouge Babouin gelada, au coeur rouge L'accès au massif du Simien se fait habituellement par Gondar, haut-lieu de l'histoire médiévale éthiopienne. Depuis cette ancienne capitale qui fut le siège des empereurs d'Ethiopie aux XVIIe et XVIIIe siècles, il faut ensuite atteindre les hauts plateaux d'Abyssinie et la bourgade de Debark, situé à 3000 m d'altitude. Après l'enregistrement au bureau du Parc national, nous nous installons dans un hôtel relativement simple de la ville. Ici les possibilités d'hébergements sont restreintes... Jeune amaraJeune Amara

  • Jour 1 : Trek > Sankaber (3250 m) > Geech (3600 m), 6h de marche
    Le lendemain, c'est par une belle piste que nous rejoignons Sankaber (3250 m), point de départ de notre trekking qui va traverser des paysages sauvages faits de pics, canyons vertigineux et plateaux tabulaires dominant de plus de 1500 m la vallée en contrebas... En chemin, rencontre avec les premières colonies de babouins geladas, endémiques à la région.

Babouins gelada du SimienBabouins gelada du SimienAprès le chargement des mules, départ à pied pour une belle journée de trek en direction de Geech. Le sentier progresse le long de l'immense escarpement, d'abord en légère montée avant d'entamer une descente jusqu'à la grande cascade de Jinbar, un peu à sec à cette époque de l'année. Montagnes du Simien, entre Sankaber et la cascade de JinbarMontagnes du Simien, entre Sankaber et la cascade de JinbarMontagnes du Simien, entre Sankaber et la cascade de JinbarMontagnes du Simien, entre Sankaber et la cascade de JinbarMontagnes du Simien, entre la cascade de Jinbar et GeechMontagnes du Simien, entre la cascade de Jinbar et Geech

 

Nous sommes au mois d'avril, c'est la fin de la saison sèche. L'eau est assez rare et les paysages relativement secs. Sur ces hauts plateaux d'Abyssinie, les paysans attendent avec impatience les premières pluies qui ne devraient pas tarder à arriver ces prochaines semaines... Dernière et longue montée à travers les lobélies géantes jusqu'à Geech (huttes traditionnelles aux toits de chaume), seul village musulman dans une région à majorité orthodoxe. Nous sommes alors conviés à boire le café ainsi que la bière locale pour les plus aventureux ! Cérémonie du café chez l'habitant, village de GeechCérémonie du café chez l'habitant, village de Geech Dernier effort avant de rejoindre un plateau et notre campement de Geech à 3600 m d'altitude. A cette époque de l'année, les trekkeurs sont rares, ce n'est ni la fréquentation du Kilimanjaro, ni celle du Tour du Mont Blanc ! Notre équipe de muletiers nous a déjà monté nos tentes, table et chaises pliantes. Café, thé et biscuits secs nous attendent, où s'ensuit notre premier dîner sous la tente mess. Il fait froid ce soir... Kadir le cuisto et son aide feront tout leur possible pour nous cuisiner pendant ces 6 jours une nourriture suffisamment variée et élaborée, pour combler nos papilles gustatives et nos estomacs de randonneurs ! Notre campement à Geech (3600 m)Notre campement à Geech (3600 m)A GeechA Geech

  • Jour 2 : Trek > Imet Gogo (3926 m) > Inatye (4070 m) > Chennek (3620 m), 7h de marche Pour tous, cette première nuit sous la tente dans le Simien fut assez moyenne, en raison du froid (relatif) et de l'altitude ! Plus d'un randonneur ne soupçonne pas la froid présent dans ces montagnes d'Ethiopie ! Sac de couchage performant (-5°C confort) pour la nuit, bonnet et vêtements chauds soir et matin sont de rigueur ici ! Après un solide petit-déjeuner, nous montons progressivement sur le vaste plateau à travers la prairie afro-alpine et les lobélies géantes jusqu'à Imet Gogo (3926m), sommet s'élançant tel une proue de navire au-dessus de l'escarpement. Ce point de vue exceptionnel sur les pitons rocheux et le nord du massif est le terrain de jeu des gypaètes barbus.

Belvédère d'Imet Gogo (3926 m)Belvédère d'Imet Gogo (3926 m)Descente dans un vallon avant de remonter sur l'autre versant à travers d'étranges formations rocheuses et lobélies. Etape entre Imet Gogo et InatyeEtape entre Imet Gogo et InatyeEtape entre Imet Gogo et InatyeEtape entre Imet Gogo et InatyeEtape entre Imet Gogo et InatyeEtape entre Imet Gogo et InatyeEtape entre Imet Gogo et InatyeEtape entre Imet Gogo et InatyeNous arrivons au sommet d'Inatye (4070 m), premier 4000 m offrant un splendide belvédère sur les environs : falaises plongeantes, profondes vallées et petits plateaux en contrebas que nous découvrirons les deux prochains jours. C'est ici que nous prendrons notre casse-croute bien mérité ! Dernière descente en suivant les crêtes jusqu'au joli camp de Chennek (3620 m) où plusieurs colonies de babouins gelada peuplent les alentours. Rencontre avec les enfants, près du camp de ChennekRencontre avec les enfants, près du camp de ChennekCamp de Chennek (3600 m)Camp de Chennek (3600m)Au camp de ChennekAu camp de Chennek (3600m)Des douches (eau froide) sont disponible en contrebas du camp, un brin de toilette apprécié après ces deux premiers jours de trek !  

 

  • Jour 3 : Trek > Bwahit (4430 m) > col de Bwahit (4200 m) > col d'Addis Alem (3700 m) > Sona (3250 m), 8h de marche
    Après une bonne nuit réparatrice (certains d'entre nous ont du multiplier les couches de vêtements pour ne pas avoir froid !), nous attaquons une longue et belle journée de trek qui nous mène d'abord sur le mont Bhawit, à 4430 m d'altitude, l'un des plus hauts sommets du pays. En longeant la ligne de crête, nous avons la chance d'observer de très près, les ibex walia, ces fameux bouquetins éthiopiens peu farouches.

Au dessus du camp de ChennekAu-dessus du camp de Chennek (3600m)Rencontre avec les ibex walia (ou bouquetins d'Ethiopie)Rencontre avec les ibex walia (ou bouquetins d'Ethiopie)Rencontre avec les ibex walia (ou bouquetins d'Ethiopie)Rencontre avec les ibex walia (ou bouquetins d'Ethiopie)Nous remontons un vallon parsemé de lobélies géantes et progressons sans difficulté sur un terrain rocheux jusqu'au sommet. De là, la vue s'étend sur tous les reliefs alentours dont le Ras Dashen (4543 m), point culminant du pays que l'on aperçoit au loin. Sur ce parcours, nous ne ferons pas le Ras Dashen car ce sommet est très excentré du reste du massif avec quelques étapes de marche peu intéressantes sur des pistes carrossables nouvellement créées. Il présente un intérêt s'il l'on réalise une grande traversée basculant sur le versant est. Nous rejoignons rapidement le col de Bhawit (4200 m), point de passage de nombreuses caravanes muletières et de villageois. Plein nord, longue descente à flanc de montagne, où nous longeons une belle crête rocheuse. Déjeuner sur les pentes herbeuses au milieu de splendides lobélies avant d'atteindre le col d'Addis Alem (littéralement " le Nouveau Monde ") à 3700 m d'altitude, marquant la limite du Parc national. Descente à travers les lobélies géantesDescente à travers les lobélies géantesAu col d'Addis Alem, au-dessus du village de SonaAu col d'Addis Alem, au-dessus du village de SonaLe corbeau corbivau, espèce endémiqueLe corbeau corbivau, espèce endémiquePoursuite en pente douce jusqu'au village de Sona ; le sentier traverse les champs en terrasse (essentiellement blé et millet qui a été moissonné en janvier dernier). Arrivée en fin d'après-midi dans la cour d'école de Sona (3250 m) qui fera office de lieu de campement ! Les cours sont finis, la salle de classe servira de cuisine ! En chemin...En chemin...Ecole de Sona, notre lieu de campement à proximitéEcole de Sona, notre lieu de campement à proximitéNous profitons de ce site magnifique pour admirer le coucher de soleil sur les falaises et les pitons rocheux nous faisant face. Les enfants, curieux de voir des étrangers, viennent nous approcher. Les plus grands jouant au volley et au foot... Partie de volley à Sona, avec notre guide localePartie de volley à Sona, avec notre guide localJeunes enfants du villageJeunes enfants du villageNotre rangerFanté, notre ranger

  • Jour 4 : Trek > Mekarebya (2100 m), 6h de marche
    Après un petit-déjeuner " panoramique " avec un superbe lever de soleil, nous levons le camp à la fraîche. En chemin, rencontre avec les habitants et plusieurs caravanes muletières se rendant au marché... des scènes de vie presque bibliques...

En contrebas du village de SonaEn contrebas du village de SonaEn contrebas du village de SonaEn contrebas du village de SonaJeune femme AmaraJeune femme amaraPetite fille et son chevreauPetite fille et chevreauC'est à partir de Sona que nous quittons l'ambiance des hauts plateaux situés à une altitude moyenne de 3300 mètres pour entamer la deuxième partie de ce trek dans les terres basses, en contrebas de l'immense escarpement. Après une longue et raide descente en lacets, les paysages changent et les températures augmentent sensiblement ! Nous avons à présent face à nous l'escarpement entre Imet Gogo et Chennek que nous avons parcouru du haut l'avant-veille. Face à l'Imet GogoFace à l'Imet GogoPitons rocheux du SimienPitons rocheux du SimienDans cet environnement plus tempéré, découverte de figuiers géants, palmiers et présence possible de plusieurs espèces d'oiseaux aux couleurs vives. Baignade très agréable dans une piscine naturelle de la rivière Ansiya et déjeuner sous un gros figuier, à proximité d'une belle cascade ! Rafraîchissement dans les vasques de la rivière AnsiyaRafraîchissement dans les vasques de la rivière AnsiyaDe nombreux villageois sont présents ici ; un groupe de femmes nous propose un peu d'artisanat et nous prépare le café traditionnel tandis que d'autres lavent leur linge dans le cours d'eau à côté. C'est une pause fraîcheur bien appréciée à l'ombre de ce bel arbre. Dans l'après-midi, nous rejoignons le campement, en contrebas du village de Mekarebya (2100 m). Ici, le paysage qui nous entoure est grandiose et n'est pas sans rappeler le relief du cirque de Mafate, sur l'île de la Réunion.Notre campement au village de Mekarebya (2100 m)Notre campement au village de Mekarebya (2100 m)Cirque montagneux autour du village de MekarebyaCirque montagneux autour du village de Mekarebya

  • Jour 5 : Trek > Hawaza > Mulit (2000 m), 6h de marche
    Tôt le matin, après une courte descente à travers les cultures et les prés, marche le long des berges de la rivière Ansiya, sur des terres sablonneuses. Nous traversons une forêt de sycomores abritant différents types d'oiseaux et remontons dans un vallon en direction des trois pitons rocheux d'Hawaza dont l'un d'eux forme un monolithe vertical impressionnant semblable à un doigt de géant !

Trek en direction des pitons d'HawasaTrek en direction des pitons d'Hawasa

Après une dernière montée éprouvante sur un sentier en lacets, arrivée au hameau d'Hawaza où nous prenons notre déjeuner dans un petit café local.Les 3 pitons d'HawasaLes 3 pitons d'HawasaLes 3 pitons d'HawasaLes 3 pitons d'HawasaDans l'après-midi, après une longue pause à l'ombre, nous poursuivons jusqu'au camp de Mulit. Retour du marché d'Adi ArkayRetour du marché d'Adi ArkayRetour du marché d'Adi ArkayRetour du marché d'Adi ArkayCamp à MulitCamp à MulitLe ciel est dégagé, nous profitons d'un magnifique coucher de soleil depuis notre campement ! Dernière soirée d'adieu avec notre équipe locale du Simien : danses et chants autour du feu.Soirée autour du feuSoirée autour du feu

  • Jour 6 : Trek > Adi Arkay (1650 m), 2h de marche
    Cette matinée est notre dernière étape de trek dans le massif du Simien.

Les pitons d'Hawasa au lever du soleilLes pitons d'Hawasa au lever du soleilJeune fille à MulitJeune fille à MulitAprès une dernière marche de 2 heures environ, nous retrouvons notre véhicule au village d'Adi Arkay. Nous quittons l'équipe locale du Simien et prenons la route vers l'extrême nord du pays, en traversant les superbes paysages du massif du Tsellemti. Nous retrouvons la civilisation d'Axoum et le confort d'un hôtel après 5 nuits sous la tente !

 

Je quitte mes compagnons de voyage qui partent vers d'autres horizons.

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -