Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - De Java à Bali

De Java à Bali

De Java à Bali écrit par Christian LEROY :  Le Mag' de Tirawa

Carnet de voyage rédigé par Christian LEROY

Ascension du volcan Merapi (2911 m)

- De Java à Bali -

Indonésie, Asie pacifique

Départ de nuit pour 1600 m de dénivelé. L'ascension n'est pas de tout repos, le guide local (de l'observatoire) doit parfois chercher le chemin dans une végétation luxuriante pour la première partie de l'ascension. Souvent nous ne voyons pas ou nous posons les pieds et comme parfois il y a des trous, mieux vaut rester attentif aux consignes du guide. A peu près à mi-parcours, nous devons franchir une immense tranchée (vestige d'une coulée de lave récente) qui nous barre le chemin. Il nous faut parfois nous aider des mains. Mais si nous sommes montés par l'observatoire c'est parce que la vue de ce côté est magnifique, nous sommes entourés de volcans. La seconde partie s'avère peu technique mais plus raide car nous avançons droit dans la pente. A 200 m sous le sommet, nous atteignons un petit plateau où nous rejoignons le chemin montant de Selo. Après une bonne pause casse-croute,  nous partons pour l'ascension finale. Deux itinéraires se présentent : par les cendres (et là il faut compter trois pas en avant pour deux en arrière), soit par le terrain en dur (notre choix) où la plus grande prudence s'impose à cause des gravillons. Vue que la pente avoisine les 30/35°, j'avance parfois à quatre pattes. Pour finir, il faut nous mettre les mains pour passer (à la portée de tout le monde) les quelques rochers précèdant l'arrivée au cratère d'où émergent en permanence des fumerolles. Pour la descente de cette partie finale, il suffit de courir (après avoir passé les rochers) droit dans les cendres ! Nous poursuivons par le versant nord du volcan jusqu'au village de Selo. Tout comme à la montée, nous ne rencontrons aucun touriste. Un long transfert pour rejoindre Solo nous attend. Vers midi nous effectuons un arrêt dans une gargote locale où chacun se sert de différents petits plats frits, (puis à la fin du repas nous précisons ce que nous avons mangé pour payer l'addition !).  

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -