Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Découverte du dernier royaume himalayen

Découverte du dernier royaume himalayen

Découverte du dernier royaume himalayen écrit par Hubert VEREECKE :  Le Mag' de Tirawa

Carnet de voyage rédigé par Hubert VEREECKE

Bhoutan or not Bhoutan ?

- Découverte du dernier royaume himalayen -

Bhoutan, Asie pacifique

De bonne heure et plein d'entrain, nous rejoignons l'aéroport de Katmandou, direction le Bhoutan. Nous sommes prêts à embarquer jusque l'annonce nous indiquant que notre vol est retardé pour cause de problème météo à Paro, notre aéroport de destination. Retardé d'une heure, puis d'une heure et demie et maintenant de deux heures ! Nous restons optimistes mais les pluies à Paro, continuent à s'abattre sur la ville. Nous savons que l'atterrissage à Paro est assez technique au vu de la configuration encaissée de la vallée. Les pilotes ont besoin de bonnes conditions pour effectuer leur manoeuvre. Cela fait déjà 3 heures d'attente et souhaitons l'arrivée d'une éclaircie quand un responsable de la compagnie me dit sur un ton hésitant "Le vol est presque confirmé". Rien de bien rassurant. Et pourtant une vingtaine de minutes plus tard, le moment attendu arrive : les pluies à Paro ont cessé, nous pouvons partir. Parvenir jusqu'au Bhoutan se mérite et nous commençons à mesurer notre chance.


Le vol est court et l'arrivée est particulièrement "sportive" : l'avion effectue un virage très serré non loin des versants de la montagne. La manoeuvre est habituelle et permet à l'avion de perdre suffisamment de hauteur avant d'atterrir. Ca y est nous posons le pied au Bhoutan.  Le bonheur d'être arrivé dans ce pays si particulier nous fait oublier que nous avons un pris un peu de retard sur le programme.

 

Nous rencontrons Jamayang, notre guide francophone et partons de ce pas pour la région de Punakha où nous dormons ce soir.

Jamayang notre guide francophoneJamayang, notre guide francophoneLes montagnes du Bhoutan ... quelque peu encombréesPremières vues sur les montagnes du Bhoutan, quelque peu encombréesLe ciel est encore obstrué par les pluies tombées un peu plus tôt dans la journée, mais nous découvrons une campagne paisible, les cultures en terrasses harmonieuses et l'architecture typique des habitations. Petit village à côté de PunakhaPetit village à côté de PunakhaLe lendemain, la météo redevient clémente et le soleil est au rendez-vous. Nous partons pour une balade dans la campagne.Dans la vallée de PunakhaDans la vallée de PunakhaAprès avoir traversé un pont suspendu, nous voilà plongé dans le décor rural bhoutanais. Certains font leur lessive dans le ruisseau, d'autres travaillent dans les champs en terrasse. La vie suit paisiblement son cours. Passage d'un pont suspendu, en pleine campagnePassage d'un pont suspendu en pleine campagne Et nous, nous marchons en direction d'un temple d'où nous avons une vue imprenable sur la vallée. Vallée de PunakhaVallée de PunakhaLa suite du programme nous est racontée par Elisabeth et Jacques :

L'excitation nous pris au matin déjà avec le soleil caressant les collines striées de rizières et couvertes de forêts. Elle nous posséda de suite à l'apparition du dzong de Punakha, excitation créée par l'imposante présence de l'édifice, ses toits superposés, ses façades massives avec leurs balcons et fenêtres de bois richement décorés. La masse de la forteresse et le glissement tranquille du fleuve à ses pieds éveille un sentiment de sérénité et de force. Sérénité que plus tard dans la journée, et au sein du monastère, nous envahira à l'écoute des chants monocordes des moines et des battements de tambours, très vite suivie d'émotions intérieures d'avoir vécu et ressenti la prière de cette communauté religieuse.

Le majestueux dzong de PunakhaLe majestueux dzong de Punakha, à la confluence des rivières Pho et MoLe pont menant jusqu'au dzongLe pont menant jusqu'au dzongLes moindres recoins des façades sont peints et sculptésLes moindres recoins des façades sont peints et sculptésUne autre balade est au programme de cet après-midi, avec pour but le temple de la fertilité. Les couples n'arrivant pas à avoir d'enfants s'y rendent en pèlerinage. Nous découvrons à l'intérieur des représentations de phallus sculptés, qui dans la symbolique locale, est censé apporter fertilité aux couples. Pour les mêmes raisons, les murs des maisons sont souvent peints avec ces dessins tout à fait explicites. Peinture sur les façades des maisonsPeinture sur les façades des maisons

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -