Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Découverte du dernier royaume himalayen

Découverte du dernier royaume himalayen

Découverte du dernier royaume himalayen écrit par Hubert VEREECKE :  Le Mag' de Tirawa

Carnet de voyage rédigé par Hubert VEREECKE

Le festival d'Ura

- Découverte du dernier royaume himalayen -

Bhoutan, Asie pacifique

Nous avons vécu aujourd'hui un des moments forts du voyage en nous rendant au festival de danses sacrées du village d'Ura, non loin de Jakar. Une première danse un peu imprévue débute juste avant notre arrivée : la danse du "pneu percé". Il fallait bien que cela arrive vu l'état des routes ! L'occasion fait le larron : nous improvisons une petite balade sur cette belle route de montagne pendant que notre chauffeur répare le véhicule. Puis, nous reprenons la route quelques kilomètres avant d'entamer la balade du jour qui nous mènera directement au village où se déroule le festival. Josiane nous raconte ce moment :

 

En descendant à pied du col d'Ura, sur ce chemin utilisé par des générations de Bhoutanais avant la construction de la route, je tombe nez à nez avec un "mur de prières", petit bâtiment rectangulaire garni, à hauteur d'homme, de pierres gravées de textes religieux. Je suis très émue à la pensée de tous les voyageurs qui se sont arrêtés et ont fait le tour, par la gauche, du sanctuaire en priant avant de continuer leur longue marche. Puis nous attend le festival ...

Eh oui, nous voilà arrivés dans le petit village pittoresque d'Ura. Sur la place carrée face au temple, les danses des atsaras ont déjà commencées. Ces personnages correspondent un peu à nos bouffons du Moyen-Age et sont là pour distraire le public, en faisant toutes sortes de pitreries, souvent graveleuses, se promenant avec une représentation en bois d'un phallus. Puis s'enchainent les danses costumées, un peu plus sérieuses et maîtrisées. Les danseurs revêtent des habits colorés et sont masqués. Sur la place, villageois, religieux et touristes cohabitent ensemble, les yeux rivés vers ces danses envoutantes. L'intérêt de ce type de festival est aussi toute l'animation qui règne autour: une sorte de kermesse durant laquelle les habitants des villages voisins se réunissent en plein air pour jouer, parier, acheter, vendre, se rencontrer. Sur un stand de tir à l'arc, Hans Rudi nous fait d'ailleurs une superbe démonstration, épatant même les Bhoutanais, dont c'est le sport national ! Nous reprenons la route dans l'après-midi pour rejoindre Trongsa où nous dormons ce soir.

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -