Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Splendeurs guatémaltèques

Splendeurs guatémaltèques

Splendeurs guatémaltèques écrit par Christian LEROY :  Le Mag' de Tirawa

Carnet de voyage rédigé par Christian LEROY

Finca

- Splendeurs guatémaltèques -

Guatemala, Amériques

Au Guatemala, la culture du café est un secteur stratégique de l'économie. Il représente environ 2,5% du PIB.  Au programme de ce matin, court transfert pour la visite de la plantation, sur laquelle pousse et de l’arabica et du robusta.

 

# A REMPLIR #
La Finca Sant Elena


L’arabica pousse sur un arbuste plus petit, les grains sont à hauteur d’homme (cueillette à la main). Il a besoin d’ombre, celle-ci peut être apportée par des bananiers. Le robusta est un arbuste plus grand, il faut être deux pour le récolter. Un qui plie la branche pendant que le second récolte. Plus résistant, il n’a pas besoin d’ombre. 

 

# A REMPLIR #
L'arabica
# A REMPLIR #
Le robusta
# A REMPLIR #
Arrivée à la plantation
# A REMPLIR #
 


Pour un excellent café, au goût européen, il ne faut pas utiliser du 100% arabica, mais un mélange environ 75% d’arabica et 25% de robusta, mais bien sûr tout dépendra des grains et de la torréfaction.

 

Le propriétaire nous a fait goûter des grains de café cueillis sur l’arbre et aussi une sorte de fruit entouré d’une peau blanche sucrée. 


La Finca produit des bananes qu’ils font sécher et vendent aux sportifs mais aussi des noix de coco, des ramboutans et du miel. De retour à la Finca, le propriétaire nous explique les nombreuses étapes nécessaires à la préparation des grains  (lavage, séchage, sélection…) de café. Notons que le degré d’humidité des grains ne doit pas dépasser 11%, sinon une décote sur le prix de vente est appliquée. Les cours sont fluctuants et dépendent beaucoup de la production brésilienne. Une mauvaise production au Brésil peut entrainer une hausse et bénéficier ainsi aux producteurs guatémaltèques.y

 

# A REMPLIR ## A REMPLIR ## A REMPLIR #
 

 

 

 

Fleurs à la Finca 

 

# A REMPLIR #
Bel arbre à la Finca

 

Après le déjeuner nous partons par la route du Pacifique (qui porte bien mal son nom puisqu’elle ne longe jamais l’océan) vers Antigua que nous rejoignons en fin d’après-midi.

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -