Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Balade chez les Khmers

Balade chez les Khmers

Balade chez les Khmers écrit par Christian JUNI :  Le Mag' de Tirawa

Carnet de voyage rédigé par Christian JUNI

Marche sur la montagne de Phnom Kulen

- Balade chez les Khmers -

Cambodge, Asie pacifique

Nous allons quitter Angkor ce matin et faire ce que l'on appelle la grande boucle du Nord pendant trois jours. Cette route va nous mener jusqu'à la frontière avec la Thaïlande. Pour aujourd'hui nous partons à la découverte de Phnom Kulen, à 55 kilomètres au Nord-Est de Siem Reap. En chemin, Smey nous parle de la vie des adolescents de la région. Pour les jeunes filles, et à l'âge de leurs premières règles, elles doivent pratiquer ce que l'on appelle le " mois de l'ombre ". Elles vont rester cloîtrées dans la maison familiale pendant un mois, mois pendant lequel les parents vont parfaire leur éducation, tant ménagère que sexuelle. Au bout de cette période, les filles sont censées être armées pour affronter la vie de femme ! Pour les garçons, et avant d'avoir 18 ans, la tradition veut qu'ils passent au moins trois mois de leur vie dans un monastère, comme novice. Au pied de Phnom Kulen, une barrière à péage demande une taxe de 20$ par étranger pour avoir le droit d'emprunter la route ! Smye nous explique que les grandes ressources naturelles ainsi que les endroits où des taxes diverses peuvent être instituées, sont aux mains des hauts dignitaires du régime... Le Cambodge peut être considéré comme une "kleptocratie", mot qui n'existe pas en français ... mais qui vient de kleptomane ! Nous lui apprenons alors le terme de "république bananière" et il y ajoute "oui, mais infestée de requins !". Le nom moderne Kulen signifie arbre à litchi, mais autrefois ce site s'appelait Mahendraparvata, c'est-à-dire la montagne de Mahendra, l'un des noms de Shiva. C'est sur cette montagne que le premier roi unificateur du Cambodge, Jayavarman II, réussit à transformer ce lieu en un sanctuaire national sacré, et à en faire la source spirituelle inépuisable de l'identité khmère. De nos jours encore cette montagne continue d'exercer une attraction magico-religieuse sans égal dans tout le pays. C'est dans sa capitale que J II institua le rite de "Devaraja", roi des Dieux mais aussi Roi des Rois. Le roi recevait la royauté directement de Shiva, vénéré sous l'aspect d'un linga-palladium, figure divine qui garantissait la paix, la prospérité, la fidélité du peuple. Nous stoppons notre minibus un peu en dessous de la pagode moderne de Preah Kral et nous voilà partis pour une grande balade de quatre heures, à la recherche de quelques endroits remarquables. Le bassin de l'Eléphant (Sra Damrei) nous surprend d'abord par la taille des sculptures dans la masse réalisées au IXème siècle. Un éléphant grandeur nature, ainsi qu'une grenouille et deux lions forment un ensemble encore intact. Devant les trois tours de Krabei Krap (il n'en reste qu'une vraiment debout) nous partageons un bon pique nique préparé par l'équipe de cuisine de Marc. Un peu plus loin le site d'O Tob vient d'être mis à jour. De nombreuses statues ont été découvertes et ont rejoint les collections de l'EFEO à Angkor. Sur un site tel que Phnom Kulen il doit exister encore des quantités de ruines et de statues enterrées, ce qui en fait un terrain de chasse exceptionnel pour les pilleurs. Nombre d'antiquités que l'on trouve dans les plus belles boutiques du monde proviennent souvent de ce genre de trafic et de pillage. Enfin, après trois heures de marche nous arrivons au sommet de la montagne (qui culmine quand même à 400 mètres !) et au site d'Aram Rongchen. Les vestiges du deuxième temple montagne (le premier étant Ak Yum, enseveli dans les berges du barrage occidental ; et le troisième étant, on l'a vu, Bakong) occupent avec ses cinq terrasses le point le plus haut du site. Descente finale sur Preah Kral où notre véhicule nous attend. Sur la piste de retour nous stoppons sur le site où le roi Ang Chan 1er a fait sculpter un Bouddha couché au sommet d'un monticule de grès. Cette immense statue est protégée par une sorte de cabane accrochée sur le rocher. Ce roi avait fait édifier cette statue pour fêter l'écrasement des armées siamoises lors d'une bataille particulièrement féroce. C'est ce monarque qui a d'ailleurs baptisé la ville de Siem Reap, qui littéralement signifie "le Siam écrasé"... Les Thaïs n'ont jamais apprécié ... Dernière visite de la journée, la rivière aux mille lingas. Le roi J II avait fait sculpter, dans le lit de la rivière qui prend naissance sur la montagne de Kulen, des milliers de représentation de Shiva sous sa forme de linga. Cela avait comme résultat la sanctification de l'eau lustrale, et donc garantissait, dans leur logique religieuse, le bon esprit des hommes et l'assurance de bonnes récoltes ! Une heure de route plus loin, nous débarquons, dans un village perdu, devant la maison de Madame Phat qui va nous héberger pour la nuit. Une manière originale et inattendue d'être en contact avec le peuple khmer.

Vue sur la plaine au pied du Kulen

Site de Krabel Krap

Pique-nique à Krabel  Krap

Au sommet de Aram Rongchen

Culture sur brulis

Fin de la marche à Preah  Kral

Lotus et Bonzes

Le Bouddha couché de Ang Chan

Face du Bouddha

Rivière aux Lingas

Chez Mme Phat

Dans la ferme de Mme Phat

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -