Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

J'ai compris
Horizon : Le Mag' de Tirawa

Le Mag' de Tirawa : Carnet de voyage - Bolivie : des tropiques à l'Altiplano

Bolivie : des tropiques à l'Altiplano

Bolivie : des tropiques à l'Altiplano écrit par Christian JUNI :  Le Mag' de Tirawa

Carnet de voyage rédigé par Christian JUNI

Salar d'Uyuni... comme un air de banquise

- Bolivie : des tropiques à l'Altiplano -

Bolivie, Amériques

Petit matin frisquet sous un ciel couvert à Uyuni. Christophe a déserté le petit-déjeuner servi exceptionnellement en plein milieu du salar pour s'emparer d'un téléphone. Une paire de gants ne suffit pas à réchauffer ses doigts gourds. Magie du satellite et des ondes, on le reçoit 5 sur 5 en ce début d'après-midi frisquet sous un ciel couvert à Paris. Pour un peu on se croirait en Bolivie mais il faut bien avouer que ça manque de sel par ici.

 

A/R : Elle est comment la salle du petit-déjeuner ?

Christophe Migeon : On dirait la banquise. Une étendue infinie de polygones de sel formant comme de gros carrelages avec au loin la frise d'une chaîne de montagnes. Souvent en découvrant un lieu on se dit que ça ressemble à quelque chose, eh bien là ! On se dit qu'on n'a jamais rien vu de semblable. Dommage qu'il y ait toutes ces traces de pneus. Les 4X4 au lieu de suivre des pistes, vadrouillent où bon leur semble. Cela crée une vraie pollution visuelle. Pour un photographe, c'est un cauchemar. Hier, au beau milieu du salar, on a gravi une colline hérissée de gigantesques cactus. Quand le salar est inondé quelques jours dans l'année, elle se transforme en île.

 

Il y a quoi au menu ce matin ?

Rien de bien exotique : des oeufs brouillés. Et puis une tisane à base de coca, d'anis et de camomille que je me garde bien d'avaler. Il faut quand même prendre quelques forces, car on va s'attaquer à une montagne dans deux ou trois heures. Trois heures d'ascension pour pouvoir contempler du sommet tout le salar. On part quand même de 3 600 m.

 

Tu dors sous la tente ?

Non. Et heureusement car ça chute à -15°C la nuit. On descend au Palacio de Sal, un hôtel entièrement construit en sel. Le plafond de ma chambrette est en forme de coupole avec ci et là des stalactites qui pendouillent. La prochaine nuit, je dormirai dans du plus classique à La Paz. 13 Octobre-2Arrivée joyeuse sur la salar d'Uyunisalar-3Sur l'île d'Incahuasi, au coeur du Salar13 Octobre-13En route pour la traversée vers le volcan Thunupamomie-3Le volcan Thunupa / Fleur de cactus / Momie dans une grotte au-dessus de Coquesa

Haut de page

En relation avec cet article

- ça serait dommage de passer à côté... -